Il y a quelques semaines, encore en été, je faisais mon ménage de printemps, juste avant l’automne avec un vrai temps d’hiver. (Oui, je sais mes articles, c’est un peu un avant-goût du décalage horaire ! Entre l’idée et le moment où je l’écris, y a comme qui dirait de l’eau qui passe sous les ponts.)

Donc, quand je vous dis “c’est le moment du ménage de printemps”, vous comprendrez qu’il n’y a pas forcément de moment propice. Même si le printemps qui renoue avec le soleil et son énergie Yang facilite un peu la tâche.

Le bon moment, c’est celui que vous aurez choisi.

C’est, donc, celui que j’ai choisi !

J’ai décidé de m’attaquer aux placards de la salle de bain.

Les constats sont flagrants.

Mais avant un petit rappel, par ménage de printemps, j’entends ménage et trie. L’association des deux permet de renouveler l’énergie, le Chi et de laisser place à la nouveauté.

Premier constat : La facilité que j’ai à faire du tri et donc à jeter si nécessaire. Oui, parce que jeter quand c’est cassé ou périmé, en général, tout le monde sait le faire. Mais, jeter quand cela peut encore servir, mais que cela ne sert pas. C’est plus compliqué ! Bien sûr, lorsque cela est possible, le mieux est de donner ou de vendre lors d’un vide grenier. Mais, je me vois mal vendre un rouge à lèvre entamé !

Second constat : Il n’y a presque rien à enlever. A part quelques bricoles accumulées dans l’année, je prends conscience que l’essentiel est déjà là. Je mesure le chemin parcouru. Oui, je n’ai pas toujours fait le vide aussi facilement. Je confirme par cette expérience que justement, l’expérience et la pratique permettent de le faire avec plus d’aisance. Il faut dire que le bien-être intérieur procuré donne envie d’y retourner.

Troisième constat : Le grand ménage de printemps de cette salle de bain prendra finalement beaucoup moins de temps que prévu. Et oui, un espace rangé, c’est plus vite ménagé… du verbe ménager, se ménager : ne pas faire d’effort inutile, ne pas abuser de ses forces, faire attention à sa santé (définition Larousse).

Alors j’ai envie de dire à ceux qui ont du mal à ranger, à trouver le temps de faire un grand ménage à fond :

“C’est possible ! Peu importe la saison, il en va de votre bien-être intérieur”

 

J’espère que vous ferez ce ménage de printemps avec le sourire. Parce que comme le dit un proverbe indien :

“Le sourire que tu envoies revient vers toi”.