Je me souviens lorsque j’ai découvert le Feng Shui, j’avais une règle d’or : “n’en parler à personne !”
C’était mon secret. Chut !

Je me souviens lorsque j’ai eu envie d’en faire mon métier, j’ai très vite laissé tombé l’idée.
C’était impossible. Voyons, quand même ! Soyons réaliste !

Je me souviens lorsque j’ai décidé de me lancer, de me former, et de créer mon entreprise,
C’était magique.  Emparée par une douce folie,  plus rien ne pouvait m’arrêter.

Et pourtant.

J’ai voulu tout arrêter, dire STOP au Feng Shui plus d’une fois avant de décider d’y aller vraiment. C’était trop dur, trop compliqué, trop contradictoire.  J’ai eu des phases de total saturation, de découragement absolu… Un peu comme on en rencontre dans la vie.

Alors, à ce moment-là de ma vie, j’aurai pu dire :
“C’est décidé, j’arrête le Feng Shui.”
Mais, j’ai choisi une autre voie, un autre chemin.

Je constate que nos choix parfois ne tiennent à rien : un livre, une rencontre, un sourire, un conversation dans la salle d’attente avec un inconnu…
Mais ce sont nos choix.
Alors

VOUS POUVEZ EMPRUNTER LES CHEMINS TOUT TRACES… OU PAS.

Parce que vous n’êtes peut-être pas le maître du monde,
mais vous êtes le maître de votre monde.

N’oubliez jamais que c’est vous qui décidez (même quand vous avez l’impression que ce n’est pas le cas).

Si j’avais écouter la voix de la raison, je ne serais pas là entrain de vous écrire. C’est certain.
Si j’avais écouter la voix de la raison, je n’aurais pas fait mon challenge “Je range ma maison du sol au plafond”.
Si j’avais écouter la voix de la raison, il y a tellement de choses que je n’aurais pas faîtes. La voix de la raison ou la voix de la voisine, c’est pareil. C’est une bonne excuse pour ne pas aller là où vous avez envie d’aller.

Et vous,quel chemin avez-vous décidé d’emprunter ? Vous voulez aller où ?
Si vous le souhaitez, vous pouvez partager dans les commentaires du blog vos réponses.