J4 | Retour dans le défi in extremis

Nombre de pièces prévues : 1,5 puis 3 puis non 1 puis plutôt 2 …
Nombre de pièces réalisées : 0,5
Observation particulière : clarté total sur l’objectif du jour = efficacité discutable

Tangage du jour
Je me suis levée dans la même énergie de découragement que le jour 3. Sans savoir où la journée allait me mener. Finalement, je me suis dit en fin de journée : “heureusement, qu’hier, j’ai laissé une pièce inachevée“. Vous voulez savoir pourquoi ? Parce que cela m’a permis de commencer. J’ai tellement passé de temps à la réflexion (je vais y revenir plus bas) que si je n’avais pas su où reprendre, je ne suis pas sûre que je serai passée à l’action. J’ai commencé mon Défi à 17h30. Alors, oui, je vous le dis en ce jour 4, j’ai procrastiné. Mais j’ai aussi relâché la pression, pris le temps de faire et d’être. J’ai travaillé à mon rythme. Et j’ai même repris le chemin de l’école à vélo vivifiant mon corps de son air frais et pur.

Kif du jour : 2
J’ai kiffé très tôt et très tard.
Au saut du lit, je vous ai écrit. Un bonheur ! Je me demande si au final ce que je préfère dans ce défi ce n’est pas de vous écrire et trouver les mots les plus justes pour vous partager ce que je vis.
Au retour dans mon lit, le soir, dans cette chambre propre et rangée, je me suis lovée dans mes draps propres et frais. Un pur délice ! Et c’est à ce moment, que je me suis dit : voilà, c’est pour ressentir ça que je fais ce défi. 

Un retour dans ce Défi TA maison marqué par beaucoup d’observations

Il était déjà 16h quand j’ai réalisé que je passais une partie de mon temps à me demander ce que j’allais faire, le nombre de pièces, le résultat, arriverais-je à finir ce que je commence et bla bla bla … J’ai pris conscience encore un peu plus précisément que la réflexion peut bloquer l’action pour ne pas dire la tuer. Et ça c’est un constat précieux pour mon défi mais aussi pour moi, pour mes projets à venir. Finalement, j’ai été focus sur le comment, obsédée par le résultat, et j’en ai oublié d’agir. Fort de ce constat, j’ai aussi vu à quel point je me mettais la pression du résultat, comme si : “je ne commencerais rien si je n’ai pas la certitude d’avoir fini la pièce ce jour”. A compte là, je ne risque pas d’entreprendre grand chose.

Et puis, il y a eu des observations, des réflexions, des questions qui ont marqué cette journée :

– C’est quand même fou de faire un défi pour se sentir bien chez soi et se mettre la rate au court bouillon pour ça. Un non sens, non ?
– Pourquoi je cherche à faire ce ménage de printemps en un temps record ? Pourquoi ne pas adopter la méthode des petits pas, un pas après l’autre ? (Je pense que je reviendrai sur ce point prochainement, j’ai un début de réponse. J’attends la fin).
– Beaucoup d’agitations le soir venu : le retour au calme fut difficile pour les enfants. Seulement 3 pièces de faîtes et déjà pas mal d’énergie brassée. Je sais que c’est un passage. Mais j’avoue je m’en serai bien passé.
– Dès que je suis dans la joie et que je respecte mon rythme, j’avance. Dès que je me contrains à …, je me coupe de mon énergie, de mon élan et de la mise en action.
– J’ai réalisé que je n’ai pas dressé de liste. Non pas par manque de temps, mais parce que je n’en ai pas ressenti le besoin. Avancer sans la carotte de rayer à la fin de la tâche m’est donc possible. Waouh !
– Je prends encore plus conscience de mes croyances sur le ménage et aussi sur le temps que je vais y passer.

Les conseils du jour

  • La réflexion peut tuer l’action.
  • S’y mettre même si on ne sait pas si on va finir et accepter l’inconfort de voir un temps le bazar encore plus grand.
  • Profiter d’être en connexion avec sa maison pour apprendre à se connaitre encore un peu plus et ouvrir ce champs aux autres sphère de sa vie.

Et pour demain, je ne connais pas encore le programme. J’ai deux RDV médicaux pour les enfants, la journée va être courte. Je verrais. A la lumière de ce que j’ai vécu aujourd’hui, je préfère ne rien programmer et ne pas chercher à le faire (même si j’avoue c’est un peu dur).

Je me réjouis d’être revenu dans le défi in extremis 🙂

Nadège

P.S. : la suite du défi sera partagée auprès des personnes inscrites.