[JOUR 2 – UNE SEMAINE EN RANGEMENT]

Aller à la découverte de soi à travers le rangement de sa maison !

Aujourd’hui, j’ai prévu de faire ce que je n’ai pas fait hier. Et oui, il y a eu des changements et des ajustements à faire dès ce premier jour de rangement-désenconbrement- ménage de printemps. Vous pouvez retrouver le bilan de ma première journée en Rangement sur ma chaine You Tube.

Pour ceux qui me rejoindrai maintenant, j’ai décidé de partir une semaine en Rangement plutôt qu’à la montagne. Un choix audacieux, nan ? Comment cela ne vous fait pas rêver ? Ranger sa maison, faire le ménage de printemps en étant dans la conscience et la présence du moment (oui, les deux à la fois), c’est comme un stage de dévellopement personnel. Surtout si comme moi, vous êtes un peu aguerri à travailler sur vous et que vous avez posé le choix d’aller toujours plus loin à la découverte de vous-même pour vous permettre d’être vous, tout simplement.

Ce matin, je me réveille naturellement hyper méga tôt, avec une énergie assez dingue au vu de l’heure à laquelle j’ouvre les yeux. J’aime me réveiller sans réveil, naturellement. J’ai le temps de flaner quelques minutes avant de me lancer dans cette nouvelle journée qui m’appelle.

Je sens en moi un mélange d’enthousiasme et une forme d’appréhension. Cette dernière se matérialise sous la forme : ” Et si je ne parvenais pas à finir cette pièce dans la journée ?”. C’est assez drôle de poser ça là. Parce qu’hier, cette pièce qui n’a finalement pas été investie (Découvrez pourquoi dans la vidéo), je savais déjà qu’elle ne serait pas terminée à l’issu de la journée et pour cause, je n’avais qu’une demi-journée de disponible.

Et aujourd’hui, cela vient poser un problème alors que j’ai quasi toute la journée de disponible. Il faut que j’ai une petite discussion avec mon mental pour lui dire que quand même là, il est grillé. Il créé un problème là où il n’y en a pas. Pour m’aider à passer ce cap et surtout à ne pas laisser l’appréhension prendre le pas sur mon enthousiasme je me demande :

➝ Et le rangement de cette pièce n’est pas terminé ce soir. Et si ce n’est pas terminé, qu’est-ce qui se passe après ?

Je meurs.

Nan, je rigole (oui, toute seule – vraiment).

Plus sérieusement, rien. Je serai peut-être moins satisfaite et encore cela n’est pas sûr. Je devrais y consacrer du temps demain ce que je n’ai pas prévu. Je sens une pointe d’agacement à cette idée. Je n’ai pas envie de décaler chaque jour. Et pourtant, je sais que je peux y faire face puisque je l’ai fait dès ce première jour de cette semaine de rangement. Vous voyez un peu comment on peut venir nier nos capacités et nos élans. J’observe que cela a pu me jouer des tours dans le passé au niveau professionnel. Cette similitude me frappe d’un coup. Un peu comme si vous disiez : “je ne sais pas écrire” et que vous aviez écrit deux livres. Euh !!! Bon, je ne suis jamais dit ça, mais c’est le seul exemple qui me vient dans l’instant. Vous voyez un peu comme c’est gros. Ne nous laissons pas happer par des stratègmes de notre mental qui voudrait nous maintenir dans le connu et ne pas nous permettre de nous déployer. 

Cela peut vous paraitre étrange. Donc je m’explique. Notre égo est, pour moi, comme une protection, qui souhaite nous maintenir dans le champ du connu, le connu étant plus rassurant. Et aussi fou que cela puisse paraitre, il va préférer nous maintenir dans notre bazar. C’est plus sûr. Et j’avoue que ça résonne bien pour moi. Parfois, j’ai peur de déployer mes ailes au niveau supérieur. J’ai peur que si j’ai davantage de travail, comprenez que mon entreprise “marche” encore mieux, je sois moins présente auprès de mes filles. J’ai peur de me la péter, de ne plus être la personne simple et généreuse que je suis naturellement. 

Quand je vous écris ça, je mets de la distance. Et je réalise que ce n’est pas fondé. Alors merci d’être là, de me lire, vous contribuez à mon processus. Si je peux vous donner un conseil, écrivez, et relisez vous ensuite. Vous me direz dans les commentaires ce qui se passe pour vous. Vous pouvez aussi directement écrire dans les commentaires, car je le constate à chaque fois quand on écrit pour soi et pour “l’autre” il se passe quelque chose de différent et d’apprenant pour soi.

Tout cela me permet de me rappeler pourquoi j’ai décidé de passer une semaine en Rangement. Parce qu’au-delà de la découverte de Soi, je souhaite passer un nouveau cap dans ma vie, à bien des niveaux. L’avenir me dira si j’ai eu raison de confier mon avenir aux mains de ma maison. Ha ha ha. Je trépigne d’impatience. 

Voilà l’état d’esprit avec lequel je suis ce matin. 

Gardez à l’esrpit ce que vous souhaitez pour vous et pourquoi vous faîtes les choses. 

Je vous laisse. Je vais dégainer mes sacs poubelles. Action !  

A demain,

Nadège

_____

Chaque matin, je vais écrire un article sur le blog pour vous dire où j’en suis et tous les soirs, je vous partager mes découvertes intérieures en vidéo sur ma chaine You Tube .
_____

Découvrez l’accompagnement “Ranger votre maison pour apprendre à mieux vous connaitre” qui commence le 15 mars 2021. Les inscriptions sont ouvertes (lien dans le bouton ci-dessous).

TEMOIGNAGE DE CLARISSE :

7 premiers jours et déjà 4 pièces en ordre où je respire !!!

Ce groupe en ligne est un pur délice, Nadège y mets un contenu de folie ! Les articles m’invitent à regarder en profondeur, à me poser des questions qui ne font pas que bouger les meubles de ma maison mais vise une introspection profonde.

Plus qu’un rangement “simplement” de la maison c’est un rangement qui a bien plus de profondeur à l’intérieur de soi. 

#UneSemaineEnRangement