Ecouter les murmures de mon intérieur ! 

 – Pépites de popcorn – 

Le temps est écoulé. Vous devez cuisiner le dîner. “Mais je n’ai pas finiiii !” protestais-je devant l’horloge du four qui sonnait le glas de la fin du ménage de printemps pour ce jour. 

J’étais là affairée à faire le grand ménage de printemps dans ma cuisine, à réorganiser certains placards, à désencombrer ce que je ne soupçonnais pas désencombrer quand j’ai initié ce rangement-ménage. Je n’avais pas terminé. Alors ça, ce n’était pas possible. Nan, nan, et re nan !!! J’ai horreur de ne pas terminer ce que je commence. J’avais tenté de grappiller quelques minutes, mais ma tribu affamée ne tarda pas à me rappeler qu’il me fallait cuisiner sans tarder. 

C’est au gong que toute la lumière sur la connaissance de moi s’est faite. Et je ne dis pas cela que de manière narrative pour vous compter une belle histoire. Cette histoire, c’est la mienne. Ce jour-là, dans ma cuisine, face à mon placard…

Après ces quelques heures de ménage, tri et désencombrement dans les moindres recoins, voilà ce que j’ai appris : 

– Je suis capable de lâcher ma montre. 

Ce chrono si présent pour moi qui rythme mes journées à grand pas. Je me suis entendue me dire : “lâche le temps”. Je suis alors venue juste dans le faire. Faire pour faire… en conscience. A mon rythme, sans pression. C’était un rangement doux, lent (enfin par rapport à ce que je connais de moi). Enlever la pression du temps, c’était challengeant… ça pouvait dire ne pas finir à temps… Et c’est ce qui s’est produit d’ailleurs. Est-ce que je le regrette ? Oh non alors ! Cela m’a permis d’aller dans le fond des choses ou devrais-je des placards. Tout s’entremêle, n’est-ce pas ? 

➝ Ne plus laisser le temps me gérer pour respecter mon rythme naturel.

Si je ne termine pas une tâche, je ne suis pas satisfaite du travail accompli. 

Pire encore, je ne suis pas en mesure de regarder le travail accompli. Ce n’était pas une réelle découverte. C’est venu souligner quelque chose que je connais chez moi. La différence avec avant, c’est que je sais combien il est important de reconnaitre le chemin parcouru avant de pouvoir poursuivre son chemin. Que ce soit pour un rangement de placard, un projet professionnel, un chemin de vie… Alors regarder tout le travail accompli, savourer ce qui a été fait et ressentir de la gratitude pour nourrir les pas de demain fût possible.  

Célébrer ce qui a été fait pour continuer d’avancer. 

 

Si je suis juste dans la présence du moment, je fais des choix juste pour moi.

Je ne m’attendais pas à avoir des choses à désencombrer ayant déjà – enfin c’est ce que je croyais – l’essentiel dans ma cuisine. Et quel ne fût pas ma surprise de me voir me délester d’un robot ménager si peu utiliser finalement. Je ne m’attendais pas non plus à réorganiser une partie des rangements, ma cuisine étant déjà très fonctionnelle.  Je vois à travers ça deux choses :
1) je suis capable de me détacher avec une facilité déconcertante. ça a été une évidence. Reflet de mes propres évidences dans ma vie, reflet de l’absence de ces éternelles conversations internes et un peu stériles par moment. J’ai senti, j’ai agis. Point.  
2) Je suis capable de changer “l’inchangeable”. Ce que je pensais établi, acquis, ne l’est pas, ne l’est plus. Je suis capable de m’ouvrir à autre chose… bien plus grand qu’une simple réaorganisation de mes placards. Car vous l’aurez compris, je pense, le rangement, est un miroir amplifiant de ma vie, de votre vie.

S’écouter en silence pour poser des actes en conscience. 

Et maintenant que je sais tout ça, qu’est-ce qui se passe après ? 
Après, je laisse infuser, comme dans mes INSTANT T. J’entends tout ça et ça se dépose dans les différentes sphères de ma vie, comme un écho apprenant qui me permet de non seulement voir les choses différemment, mais d’être, d’agir, et d’avoir autrement. 

La vraie satisfaction dans le rangement ne vient pas du nombre de placards rangés, elle vient de la connaissance de soi.  

A vous de jouer !  

Dîtes-moi dans les commentaires qu’est-ce que votre dernier rangement vous a appris sur vous ? 

Chopckement vôtre,
Nadège

P.S. HYPER IMPORTANT – uniquement pour les solos entrepreneurs : 

La semaine prochaine, je vais vous présenter mon accompagnement ASCENSION pour passer un nouveau cap pro.
J’ai imaginé cet accompagnement comme j’aurai aimé être accompagnée dans ma vie d’entrepreneuse. 
J’ai choisi de faire cet accompagnement sur 6 mois parce que je sais la puissance d’un travail en profondeur sur soi, que cela demande du temps si on ne veut pas effleurer les vrais sujets.
J’ai posé un cadre qui me ressemble : soutenant, fun, généreux, intègre. 

Pour cette première édition, je vais mettre mes 12 années d’entreprenariat, mon expertise de coach et mon oeil de lynx à votre service. 

J’ai trop hâte de vous en dire davantage. Tenez vous prêt !!!