Ou comment faire confiance

 – Pépites de popcorn – 

Je vous ai laissé après la dernière IMPULSION en vous disant que j’étais heureuse d’aller à ma séance de coaching mensuel. 
Effectivement, le matin pendant que l’eau du thé bouillait, je sentais cette joie d’aller me déposer en moi, de prendre un temps pour moi. Je dirai même de prendre un temps de pause, car je ne vais pas vous le cacher, ces derniers jours ont été très chargés. J’ai reconnecté avec un mode “TGV” de mon ancien temps, et je n’ai pas aimé. 

Alors c’est dans ce bain de joie intérieure que je me suis installée à mon bureau pour lister les sujets que je souhaitais aborder. Et devant ma liste, je me suis dit : “ça fait beaucoup de sujets ça !”. J’ai refermé mon cahier et j’ai souri. Comme un sourire à la vie. La confiance était là, celle que je connais depuis le temps que je me fais coacher.  Avant, je me serai pris la tête pour savoir quel sujet je devrais aborder en priorité.  Là, j’ai juste fermé mon cahier et j’ai fait confiance. 

Ce que j’ai pu observer pour moi et chez mes clients, c’est à quel point les sujets qu’on souhaite traité sont souvent de prime abord distincts.  Combien de fois j’ai accompagné une personne qui hésitait entre deux sujets. Et au final, le second sujet venait faire son apparition dans le sujet choisi ou alors je voyais le lien de l’extérieur. 

Sur la route, en me rendant à mon rendez-vous, il m’est arrivé quelque chose d’improbable. Accrochez-vous pour suivre ! Je me suis trompée de route. Pourtant, ce n’est guère la première fois que je fais ce parcours.  J’ai donc fait demi-tour sur une route passante, ce n’était pas hyper prudent. J’ai repris la bonne route, quand tout à coup, j’ai eu un doute… Est-ce que je ne me suis pas trompée de route ? J’ai fait de nouveau demi-tour. Une fois à l’intersection, j’ai regardé le panneau qui me confirmait que j’étais bien sur la mauvaise route. 

J’ai donc repris ma route, celle sur laquelle j’étais initialement. 

Je me suis dit : “mon sujet de coaching est là”. Je le répète souvent “Tout est information“. Et ce demi-tour inutile, et ces doutes sur ma route, sur le bon chemin que j’empruntais, c’était le reflet évident du sujet que je devais travailler ce jour-là. 

En plus de “mon” sujet pro,  je suis repartie avec de la clarté sur le pourquoi certains projets personnels ne voyaient pas le jour. Tout est lié. Croire que quand on est indépendant, solo-entrepreneur, le pro et le perso sont distincts, est une erreur. C’est dans cette nouvelle énergie que j’ai repris ma route – dans tous les sens du terme – avec plus de clarté, plus de légèreté, et de la joie. 

 

Alors pourquoi je vous raconte tout ça ? 

Parce qu’avant d’arriver à une séance de coaching, à un stage, il est important de clarifier sa demande, ses attentes, son intention. Mais si c’est flou, s’il y a trop de sujets, ce n’est pas un souci en soi. Evidemment, une seule séance ne pourra pas toujours tout résoudre. C’est souvent le premier pas vers notre but du moment. 

A travers cette nouvelle expérience, je vois la confiance que j’accorde au processus de coaching, qui ressemble à s’y méprendre à la Vie, avec un “V” majuscule. Parfois, on se sent perdu, surtout quand on est à la fin d’un cycle. Le nouveau cycle n’est pas encore tout à fait là, et cette absence de clarté, de vision pourrait nous perdre en chemin (oui, je m’auto-dédicace cette pépite ha ha ha). Pourtant, c’est le fait d’avancer, d’essayer qui permet de clarifier ce qu’on souhaite et ce qu’on ne souhaite plus et surtout ce vers quoi on tends, vraiment.

Alors prenez la route, et peu importe si vous devez faire demi-tours deux fois, ou plus, il n’y a qu’en essayant que vous pourrez trouver votre chemin. 

A vous de jouer !  

Dîtes-moi dans les commentaires ce qui passe pour vous quand vous lisez cette pépite ? 

Je vous souhaite une bonne route. 

Chopckement vôtre,
Nadège