ça donnerai quoi ?  – Pépites de popcorn – 

Récemment, j’ai compilé une série d’évènements dans ma vie où je n’ai pas fait comme les autres. Je ne faisais pas comme les autres, non pas pour être rebelle, ou encore pour me démarquer voire me faire remarquer, mais juste parce que moi, au fond de moi, je ne le sentais pas, je ne le voulais pas. Et cette prise de conscience récente m’ouvre un nouveau champ des possibles, un nouveau regard sur moi, que je n’avais pas encore avec cette précision, cette finesse là. 

C’est comme une nouvelle autorisation à aller davantage vers celle que je suis. Laissez-moi vous raconter ! 

Pour illustrer ma pépite de popcorn du jour, j’ai choisi au hasard – s’il existe ! 😉 – trois moments de ma vie où je n’ai pas fait comme tout le monde. 

J’ai décidé d’allaiter mes enfants. Je ne me suis jamais posée la question : allaitement ou pas ? C’était une évidence. Je pourrais même dire une certitude. Ce que j’ignorais alors c’est que j’allaiterai durant la première année de chacun de mes enfants. Et je peux vous dire que socialement, c’est très mal perçu. Quand j’ai annoncé à l’une de mes amies que j’allais allaiter pour mon premier enfant, elle m’a dit : “Tu vas montrer tes seins à tout le monde !”. Et j’ai répondu tout de go, piquée à vif : “Tu me connais bien dis donc !” (sur un ton ironique ! qui ne se perçoit peut-être pas à l’écrit). Oui, Mesdames, Messieurs, on peut allaiter sans montrer un bout de sein. C’est possible, je l’ai fait. 

J’ai décidé de créer mon entreprise en Feng Shui. A l’époque, je ne sais pas ce que c’est que gérer une entreprise. La seule chose que je sais : je veux pratiquer le Feng Shui. Et bien, que la plupart des personnes que je croise en 2009 ignorent ce que c’est le Feng Shui (qui doit être un art martial pour eux au vu des gestes qu’ils font quand je prononce ces mots), je me lance avec l’innocence d’un enfant. Je prends mes décisions rapidement, telle une évidence (encore !). Je trace ma route. Et en moins de 6 mois, j’ai obtenu ma certification en Feng Shui et j’ai créé mon entreprise tout en gérant deux enfants en bas âge, mon activité professionnelle de l’époque et un chantier de rénovation d’appartement. Alors ne venez pas me dire que c’est impossible, je l’ai fait. 

 – J’ai décidé de vivre “ma” révision utérine sans anesthésie générale. A l’un de mes accouchements, je comprends à la tête de la sage femme que quelque chose ne va pas. Il reste du placenta dans la cavité de l’utérus. On me propose alors une anesthésie générale. Je n’ai pas accouché sans péridurale pour être endormie et éloignée de mon bébé alors qu’il vient de naitre même si on m’explique que ça ne va pas durer longtemps (et je sais que le produit de l’anesthésie passera dans mon lait, comme celui de la péridurale d’ailleurs ! Mais ça, on se garde bien de vous le dire). On me prévient que ça fait très mal. Je dis : “Go!”. Je confirme ça fait mal. Mais j’avais mon enfant sur moi, en pleine santé. La douleur n’était qu’un instant de vie. Et de cet instant, je puise ma force intérieure. Je l’ai fait. 
Je suis reconnaissante auprès de l’équipe médicale qui a su respecter mon projet de naissance et je suis reconnaissante envers moi-même d’avoir eu le courage de suivre mon instinct que ça allait le faire comme ça ! Parce que sinon je n’aurai pas coupé à l’anesthésie. 

Des exemples comme cela, j’en ai encore dans la liste des “je ne fais pas comme tout le monde” qui pourrait ressembler de près ou de loin à quelque de chose qui n’est pourtant pas inconnu pour vous. Qui a allaité parmi vous ? Qui a créé son entreprise parmi vous ? Qui a choisi d’accoucher sans péridurale parmi vous ? Je ne suis qu’une femme parmi d’autres, qui, comme vous, fait des choix. Je ne tire aucune aucune gloire d’avoir fait ces choix là. Par contre, je vois à quel point ces choix me ressemblent, sont en phase avec mes convictions et mes valeurs personnelles. Je réalise à quel point déjà jeune, j’étais capable de m’affirmer dans certaines domaines de ma vie ou à un certains moments. C’est vrai, je l’ai fait. 

Reconnaitre ça en moi, change tout. Alors quand je doute, quand je me sens fébrile, nulle, bonne à rien, je reviens dans cet espace à l’intérieur de moi qui sait. Lui sait mon parcours, ce que j’ai traversé, ce que j’ai surmonté. Lui sait la force intérieure que j’ai et qui est en chacun de nous. Oui, vous aussi, vous avez en vous cette force. J’en suis convaincue. Et si vous en avez besoin, pour un moment, je vous partage la foi que j’ai en vous :

JE CROIS EN VOUS JUSQU’A TEMPS QUE VOUS AYEZ FOI EN VOUS. 

 

A vous de jouer !  

Dîtes-moi dans les commentaires ce qui résonne le plus dans cette pépite de popcorn pour vous ? Est-ce que vous arrivez à connecter cette force qui sommeille en chacun de nous ? 

Chopckement vôtre,
Nadège

P.S. : N’oubliez pas vous êtes uniques ! Parfois vous avez l’impression d’être comme ces deux papillons, semblables (voir la photo ci-dessus).  Et pourtant à bien y regarder, l’un butine la fleur avec un degré d’inclinaison différent de celui d’en face. Ni celui de gauche, ni celui de droite ne détiens la vérité sur la bonne manière de butiner. Chacun fait comme il lui plait, et c’est ça accepter d’être soi-même et affirmer sa différence, sans nuire à l’autre.